Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a reçu en audience, le président du festival « J’aime mon pays », Michael Napon, ce jeudi 04 juillet 2019. Il est venu solliciter le soutien du ministre et son département pour l’organisation de la 2e édition du festival qui se tiendra du 15 janvier au 28 février 2020.

Le président de l’association « J’aime mon pays », Michael Napon, a conduit une délégation chez le ministre porte-parole du gouvernement pour lui présenter le programme d’activités et aussi solliciter son accompagnement pour la 2e édition de leur festival.

Selon Michael Napon, dans le programme d’activités, il y aura des conférences publiques, des projections cinématographiques grand-publics et aussi des séances d’aérobic dénommées « Sport pour tous », à travers les villes de Kaya, Dédougou et Bobo-Dioulasso.

La 2e édition du festival sera patronnée par le président du HCRUN, Léandre Bassolé et coparrainée par sa majesté le Naaba de Boussouma, le chef de canton de Dédougou et le chef de Bobo, le bobo mandarin.

Selon M. Napon, les différentes communautés religieuses et coutumières seront associées à ces activités afin de les soutenir pour la réussite du festival.

« Le but principal de ce festival est la promotion de la paix à travers des chants, des louanges avec des artistes musiciens burkinabè qui prônent la paix dans leurs genres musicaux dans les villes qui vont accueillir les différentes activités », a souligné Michael Napon.

Les différentes activités seront organisées en collaboration avec l’association vie nouvelle et l’association les chantres de la paix.

Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a reçu en audience, dans la matinée du jeudi 04 juillet 2019, une délégation de la Convergence des peuples pour la promotion du traité d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabè (COPTAC).

Dans le cadre de l’organisation du 8e Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’ivoire qui sera organisé à Ouagadougou, dans ce mois de juillet, une délégation de la COPTAC, conduite par Monsieur olivier Nanou, est venue présenter son programme d’activités et porter des doléances au ministre en charge de la Communication.

A sa sortie d’audience, le coordonnateur de la COPTAC a noté qu’à l’occasion de cette 8e édition du TAC, son association fête son 3e anniversaire dans l’accompagnement du traité ivoiro-burkinabè. « Notre association se veut la porte-parole au niveau des populations des deux (2) pays de toutes décisions politiques, les réalisations prévues au cours de ce 8 TAC », a avancé M. Nanou. Et de souligner : « le ministre de la Communication nous a rassuré de son soutien pour la réussite de nos activités ».

La COPTAC est une association qui regroupe des ivoiriens et des Burkinabè. Elle accompagne le TAC depuis sa création en 2016, à Yamoussokro, à travers plusieurs activités. 
Selon ses responsables, l’association organisera, cette année, à Ouagadougou, trois (3) grandes activités pendant la période du 8e traité d’amitié et de coopération à savoir une conférence publique qui portera sur un thème d’actualité : « Le rôle de l’intégration dans la lutte contre le terrorisme ».

La 2e grande activité sera un match de football qui opposera les étudiants burkinabè et ivoiriens résidant au pays des hommes intègres. Et une nuit de Gala sera organisée où des prix d’encouragement seront décernés à des personnes politiques, économiques et surtout de la société civile qui œuvrent pour l’intégration des peuples.

Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou a accordé une série d’audiences dans la matinée de ce mardi 18 juin 2019.

Cette série d’audiences a débuté avec la visite « de courtoisie » d’une délégation de la Jama’t islamique Ahmadiyya au Burkina Faso conduite par le président national du mouvement, Mahmood Nasir Saqib.

Selon le porte-parole de la délégation, Naeem Ahmad Bajwa, cette visite s’inscrit dans le cadre de la promotion des chaines de télévision MTA international du mouvement dont celle du Burkina Faso est basée à Bobo-Dioulasso.

« Nous sommes une chaine qui sert la population burkinabè en prônant la paix et la cohésion… Nous entendons réaliser d’autres investissements et c’est pour cette raison que nous avons rencontré le ministre », a expliqué Naeem Ahmad Bajwa, par ailleurs directeur général de MTA Burkina Faso.

A la suite de cette délégation, le ministre a échangé avec le promoteur du projet « Ma patrie, mon eldorado », Marcel Sanou. 
Il a dit être à la tête d’un vaste programme de création d’emplois dans les communes rurales. « Je suis venu présenter le projet au ministre, son état d’avancement et bénéficier de ses conseils pour accompagner le projet », a indiqué M. Sanou.

Après l’insurrection populaire de 2014 et le coup d’état de 2015, Marcel Sanou estime qu’il faut passer désormais de la « révolte politique à la révolte économique ».

Et ce projet consiste, dit-il, à former 1000 jeunes dans chaque commune rurale du Burkina dans les domaines de l’entreprenariat, la gestion des entreprises.... Puis de créer une entreprise pour amorcer le développement des jeunes. Et ce, avec l’appui des collectivités.

La troisième personne à être reçue par le porte-parole du gouvernement, est le journaliste consultant, Adama Ben Traoré qui s’apprête à lancer, dit-il, la presse coopérative indépendante au Burkina Faso.

« Il s’agit de soutenir tout ce qui concerne les nouvelles de qualité coopératives qui sont la troisième voie industrielle après le capitalisme et le socialisme » a confié M. Traoré, venu « consulter » le premier responsable du département en charge de la communication.

Une délégation de la fédération burkinabè de boxe conduite par son président, M. Abdramane Koné a été reçu en audience par le ministre de la communication et des relations avec le parlement, Rémis Fulgance Dandjinou, ce jeudi 20 juin 2019 à Ouagadougou.

A sa sortie d’audience, M. Abdramane Koné a affirmé que lui et ses collaborateurs sont venus rendre une visite de courtoisie au premier responsable du département de la communication. Il s’agissait également, a-t-il ajouté, de le féliciter pour le travail qu’il effectue depuis qu’il est à la tête du ministère de la communication et des relations avec le parlement.

Selon lui, la fédération burkinabè de Boxe entend nouer un partenariat avec le ministère pour donner plus de visibilité à la boxe au Burkina. 
« Nous avons échangé sur la vision et les perspectives de la fédération afin de voir comment nous pouvons communiquer pour une meilleure visibilité et lisibilité de nos actions. Je crois que M. le ministre est disposé à nous soutenir pour que la Boxe burkinabè retrouve son lustre d’antan», a indiqué le président de la fédération burkinabè de Boxe, M. Abdramane Koné.

 

Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou a reçu, ce lundi 13 mai 2019, le bureau des étudiants de l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication(ISTIC).

Avec à leur tête, le délégué général, Gnarkité Da, les membres du bureau sont venus se présenter à leur ministre de tutelle.

Par ailleurs, il a été question pour le bureau de tenir le ministre informé des 72h de l’école, prévues du 23 au 25 mai 2019 sous le thème : « défis sécuritaires au Burkina : rôle et place du professionnel de l’information et de la communication ». « Nous lui avons présenté le canevas des activités et il nous a prodigué des conseils. Il nous a promis son soutien à cette activité de l’ISTIC », a indiqué M. Da.

Le bureau de l’ISTIC, installé en décembre 2018 entend, selon le délégué général, marquer son passage par la promotion des valeurs de civisme au sein de l’école.Aussi, Gnarkité Da estime que le taux d’absorption des étudiants inscrits sur titre sur le marché de l’emploi est encore faible et il compte, avec ses camarades, travailler à renverser la vapeur.